Le Journal de Thomas Jill Wiernon

Le Journal de Thomas Jill Wiernon

Miss Doudou

pexels-pixabay-35888

Photo de Pixabay

 

Je pressentais depuis toujours que perdre, d'une manière ou d'une autre, ma Nutty instillerait en moi une profonde tristesse. Après treize ans d'une existence partagée, j'étais loin d'imaginer cependant que son absence m'exposerait à un tel spleen, une telle désolation.

- Ce n'est qu'un chat ! articuleront les sots.

Non, c'est un être cher qui est parti, un complice aux silences éloquents, une âme dont les prunelles ignées éblouissaient mes aurores et constellaient mes nuits.

Nutty, je t'ai perdue. Ce matin encore, je me suis réveillé nauséeux, le coeur lourd, incapable de retenir mes larmes. Mais alors que je sanglotais, une petite boule de poils surgit silencieusement de la pénombre pour se frotter langoureusement contre moi en ronronnant.

C'est ainsi que Miss Doudou, ce matin, vint me réconforter.


Sonnet pour Doudou et Nutty

Retour d'astreinte n°1

Retour d'astreinte n°2

Doudou et mon domicile

Miss Doudou, que t'a-t-on fait ?

Miss Doudou et moi (I)

Miss Doudou et moi (II)

Miss Doudou et moi (III)

Mais pourquoi: "Miss Doudou" ?

Miss Doudou n'est plus sur la touche